A la une, Actualité, Politique, , , , ,

Côte d’Ivoire : L’ANP plaide pour une loi corsée contre les médias en ligne

Le président de l’Autorité Nationale de la Presse a affirmé ce mercredi 19 mai 2021 l’impuissance de son institution à réguler les médias numérique malgré l’adoption le 27 décembre 2017 de la nouvelle loi portant régime juridique de la presse en Côte d’Ivoire.

« A la pratique, cette loi renferme quelques insuffisances », a déclaré Samba Koné, recevant le ministre de la communication dans ses locaux. « Elles méritent d’être corrigées », a-t-il souhaité, soulignant que ‘‘des travaux’’ engagés par ses ‘‘prédécesseurs ont permis de mettre en lumières les dispositions concernées’’.

Pour le régulateur des médias en Côte d’Ivoire, si la régulation de la presse imprimée apparait aisée, celle de la presse en ligne reste une dure équation à résoudre.

La difficulté pour lui, réside dans l’application des décisions de l’ANP quand on ne sait pas faire différence entre ‘‘ un média en ligne de droit ivoirien et un média de droit étranger’’.

« Comment établir une distinction nette et franche entre un média en ligne de droit ivoirien et un média en ligne de droit étranger ? Quelle peut être la portée des décisions de régulation sur les médias hébergés en dehors de nos frontières ? La régulation devra-t-elle porter uniquement sur les seuls médias déclarés auprès de nos parquets ? », sont autant de préoccupations portées à l’attention de son hôte, le ministre de la communication, Amadou Coulibaly.

« Il nous parait donc urgent pour des raisons évidentes, d’entreprendre des réflexions dans ce sens », a plaidé Samba Koné, très inquiet de ne pouvoir utiliser le bâton, si rien n’est fait.

« Je voudrais vous assurer de mon soutien. Parce que ce combat nous concerne tous. Nous avons tous besoin d’une presse qui soit responsable. Car liberté de la presse rime avec respect de la loi », a expliqué le ministre Amadou Coulibaly avant d’ajouter qu’il adhère totalement à la volonté de l’ANP de passer à la sanction après l’étape de sensibilisation.

« Pour les insuffisances de la loi, nous allons très rapidement introduire une ordonnance pour que ces insuffisances soient corrigées », a-t-il promis. De même, pour la nomination du représentant du président de l’Assemblée Nationale, le ministre de la Communication rassure que cela sera fait des un délai raisonnable afin de permettre à l’institution de remplir pleinement sa mission.

JEN

Partager cet article:

7870total visits,65visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires