A la une, Actualité, Politique, , , ,

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara pouvait-il refuser le retour à Abidjan de Gbagbo et Blé Goudé ?

Se prononçant pour la première fois sur l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, Alassane Ouattara annonce sa volonté de tout mettre en œuvre pour leur retour sur le bord de la lagune Ebrié.
« Comme vous le savez, la Cour Pénale Internationale a rendu, le 31 mars dernier, sa décision sur l’appel du Procureur relatif aux procès de Messieurs Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé », a déclaré Alassane Ouattara situant le cadre de la décision qu’il compte prendre au sujet deux ex-pensionnaires de la Cour Pénale Internationale. « Nous en prenons acte », ajoute-t-il avant de lâcher, dans une voix à peine audible, « quant à Messieurs Laurent Gbagbo et Blé Goudé, ils sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent. Les frais de voyages de Monsieur Laurent Gbagbo, ainsi que ceux des membres de sa famille, seront pris en charge par l’Etat de Côte d’Ivoire », souligne le chef de l’Etat ivoirien, rappelant que ‘‘les dispositions seront également prises pour que Monsieur Laurent Gbagbo bénéficie, conformément aux textes en vigueur, des avantages et des indemnités dus aux anciens Présidents de la République de Côte d’Ivoire’’.
Evidemment que cette décision n’émane pas d’une simple volonté du chef de l’Etat. Puisque dans son arrêt, qui n’est susceptible d’aucun recours, la CPI a enjoint la procureure Fatou Bensouda, de ‘‘tout mettre en œuvre pour ramener Messieurs Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé là où ils souhaitent aller’’.
Connaissant la position de Laurent Gbagbo et Blé Goudé qui ont refusé les propositions d’asile lors de leur procès, malgré les multiples propos, Alassane Ouattara a-t-il vraiment le choix de s’opposer à l’arrêt de la CPI en retardant ou en refusant le retour en terre ivoirienne à ses deux concitoyens ? Absolument pas !
« Ils sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent », avoue-t-il en faisant un clin d’œil aux victimes et leurs proches qui s’interrogent encore sur les coupables des atrocités qu’ils ont subies lors de ces évènements post-crises.
« J’ai bien évidemment une pensée émue pour les victimes et leurs familles. Je voudrais les assurer de notre compassion et de notre soutien. Le Gouvernement continuera de leur apporter assistance.
JEN

Partager cet article:

4183total visits,1visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires