A la une, Actualité, Economie, ,

Interview / FOUA LAYE BI, président des fournisseurs de l’Etat : « les contrôleurs financiers, gendarmes de l’Etat ont validé nos factures mais l’Etat refuse de payer

Interview / FOUA LAYE BI à propos des fournisseurs de l’Etat : « les contrôleurs financiers, gendarmes de l’Etat ont validé nos factures mais l’Etat refuse de payer
Les comptes des PME sont secs. Les marchés se font rares. Dans cet entretien, le président des fournisseurs, Foua Layé BI expliquant les difficultés des acteurs de ce secteur, dénonce une certaine mafia qui tend à être légalisée.
Comment se porte aujourd’hui le secteur des fournisseurs de l’Etat ?
Il se porte très mal. Je dis bien très mal aujourd’hui avec les nouvelles donnes. Les banques ne sont accessibles. Nos factures ne sont pas régulièrement payées et ça, c’est quand l’on veut faire quelque chose. Les gens font des retenues sur les factures. Ce qui est grave, c’est que les ordonnateurs de crédit font des retentions sur leur budget. Quand on vote le budget, c’est pour assainir les dépenses de l’Etat. Certains arrivent même à créer des entreprises écran pour s’octroyer des marchés. Dans tous les pays du monde, la place des PME est cruciale puisque ce sont elles qui actionnent le développement. Si un ordonnateur de crédit crée une entreprise pour s’octroyer des marchés et cela au détriment des PME, ce sont les PME qui vont mourir.
Ce sont des accusations aussi graves. Avez-vous les preuves de ce que vous avancez ?
Les preuves sont là. Dans certains ministères, l’appel d’offre est fermé. Elle se fait en catimini, entre les quatre murs. On ne dénombre pas plus de vingt postulants ans ces appels d’offre alors que nous sommes des milliers de fournisseurs de l’Etat qui pouvons concourir. On suscite des candidatures. On fait signe à un cousin, petit frère, un neveu qui gère nos biens pour venir postuler. Ce sont des PME parfois, prête-nom, qui raflent les marchés. On le fait pour dissimiler l’origine du vrai propriétaire.
Si on diligente un audit, on découvrira très vite que ces entreprises qui arrachent facilement les marchés dans des ministères ont un lien étroit avec des responsables desdits ministères.
Telle que dépeinte la situation, l’avenir des PME est donc menacé et on peut se demander si elles peuvent encore obtenir des marchés de l’Etat ?
En 2008, il y avait un trésorier payeur du nom de Cissé Kader. Celui-ci n’avait rien avoir la CCT. Il était à la paierie générale. Ce monsieur n’avait aucune coloration politique. Tu présentes ta facture, dès qu’il constate la régularité et qu’il a de l’approvisionnement, il te paie. En ce moment-là, on n’avait pas de problème. Avant la prise du pouvoir du président Ouattara, il y a eu des factures sous Laurent Gbagbo de près de 550 Milliards de FCFA. Ce montant a fait l’objet d’un audit. On ne sait pas pourquoi. On nous a simplement fait savoir que les gens n’ont pas travaillé. Mais là où y a problème, c’est que les contrôleurs financiers, gendarmes de l’Etat, avaient déjà validé les dépenses.
A combien estimez-vous aujourd’hui la dette de l’Etat envers les fournisseurs ?
La dette intérieure de l’Etat de Côte d’Ivoire qui a fait l’objet d’audit, est estimée à 357 Milliards de FCFA qui n’est pas encore payée.

Qu’est-ce qui bloque alors ?
On nous dit que les dépositaires sont introuvables dans les services. Il y a eu beaucoup de déplacés pendant la crise politico-militaire. Or il suffit de s’en tenir aux rapports des contrôleurs financiers pour régler le problème. Puisque si on estime qu’on n’a pas trouvé les factures et que les dossiers ne peuvent pas être validés. Aujourd’hui plusieurs opérateurs économiques sont décédés sans avoir touché leur dû. Beaucoup d’autres factures n’ont pas été validés. Sont-elles en instance ? On ne sait pas. Alors qu’on nous dise quels sont les dossiers qui n’ont pas été validés et les raisons qui les justifient.

Quelles sont les démarches effectuées dans ce sens pour avoir gain de cause ?
J’ai fait deux courriers aux premiers ministres. Un au premier ministre Duncan et un au premier ministre Gon Coulibaly. Tous ces deux courriers sont restés sans suite. Récemment un autre a été adressé au premier ministre Hamed Bakayoko. (entretien réalisé le samedi 27 février 2021)

Avez-vous donc le sentiment que vous n’êtes pas écoutés ?
Bien sûr. En temps normal, on doit nous écouter. Tous nos courriers n’ont eu aucun retour et ç ce n’est pas normal ! Nous pensons donc que nos dirigeants ne nous écoutent pas. Ils ne sont pas sur le terrain pour voir la réalité des choses. C’est pourquoi nous invitons à écouter le plus souvent les plaignants ou les victimes qui donnent de la voix.
Avez-vous un appel à lancer ?
Un opérateur économique n’est pas un homme politique. Il peut travailler avec tous les régimes en place. Souvent les gens font l’amalgame. On attribue un militantisme politique sur l’appartenance ethnique ou par votre patronyme. Pour nous, ce qui importe, c’est le développement du secteur des PME pourvoyeur d’emploi. Nous sont plus d’un millions de contribuable en Côte d’Ivoire. Nos impôts font vivre l’Etat. Si nous n’existons plus, si nous n’avons plus de marché, cela va affecter les caisses de l’Etat puisque les gens qui nous font la concurrence déloyale ne paient pas souvent d’impôt où le font au rabais. Nous n’avons pas eu de marché, mais les impôts nous courent après. Comment régler donc nos factures si nous n’avons rien. Alors qu’on nous aide pour que le pays avance.
Réalisée par le RJECI

Partager cet article:

5245total visits,8visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires