A Rabat au Maroc la semaine dernière, le président de la FIFA Gianni Infantino a échangé avec les quatre candidats déclarés à la prochaine présidentielle de la CAF prévue le 12 mars 2021.

Il s’agit du Sud-Africain Patrice Motsepe, du sénégalais Augustin Senghor, du Mauritanien Ahmed Yahya et l’ivoirien Jacques Anouma.

Au terme de cette consultation, le président de l’Institution mondiale de football a fait son choix. Il a décidé la présidence de la CAF revienne à Patrice Motsepe, que la première vice-présidence à Augustin Senghor, la deuxième vice-présidence à  Ahmed Yahya et que Jacques Anouma se contente d’un poste conseiller spécial dans le comité directeur.

Les trois premiers cités ont aussitôt donné  leur accord favorable à cette proposition faite par le patron de l’instance suprême du ballon rond.

Mais vu que l’ivoirien Jacques Anoma faisait de la résistance, pendant plus de quarante-huit heures en  maintenant sa candidature pour le 12 mars 2021 un « dossier en béton’’ sur la provenance du financement de sa campagne est mis à jour. L’on évoque le montant de dix milliards FCFA qui aurait été octroyé par le gouvernement ivoirien et pour lequel il est invité à justifier dans un bref délai. Bien que Jacques Anouma ne s’est reconnu dans ces allégations, a été obligé à accepter d’être copté comme conseiller spécial de monsieur Patrice Motsepe, candidat unique et déclaré président d’office de la CAF le 12 mars 2021.

Sage décision pour Jacques Anoma car seul contre un, il ne peut pas grand-chose. Aussi avec cette affaire de financement de sa campagne risquerait de jouer grandement contre ses efforts de campagne.

Cette main  mise de la FIFA a deux objectifs : d’abord  faire du président de la CAF un « homme » du président de la FIFA, dans la mesure où le président de la CAF est automatiquement premier vice-président de la FIFA. Dans une seconde mesure surtout, car dans moins de deux années auront lieu les élections à la présidence de la FIFA.

Il est alors temps pour Gianni Infantino  de coopter le président de la CAF qui a sous sa tutelle 54 fédérations, tous électeurs. Puisque Jacques Anoma a des divergences de vues avec le président de la FIFA sur la périodicité de la CAN. Le président de la FIFA souhaitait que la CAN se joue tous les quatre ans tandis que l’ivoirien voulait son maintien tous les deux ans.

L’autre grief c’est que Jacques Anouma s’oppose fermement à la mise sous la tutelle de la CAF.

Kouamé blanchard

Partager cet article:

654total visits,6visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires