A la une, Actualité, Politique, , , ,

Côte d’Ivoire – Législatives : Pas de résultat avant la CEI prévient l’autorité de régulation de la presse

Le Mouvement Ivoirien des Droits de l’Homme (MIDH), en collaboration avec l’Observation de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) et l’Autorité Nationale de la Presse (ANP), ont organisé ce jeudi 04 mars 2021, seulement à 48 heures du scrutin législative, un panel sur la nécessité de parvenir à une élection sans violence.

Comment réussir un tel challenge lorsque les violences qui ont émaillé la présidentielle sont encore fraiches et dans les mémoires des populations, potentiels électeurs ?

C’est ici la lourde responsabilité des acteurs des médias, soulignent et insistent les trois panelistes que sont Siméon Koné de la HACA, Konaté Doh de l’ANP et Coulibaly Tiézon de l’OSCS.

En effet, les régulateurs des médias ivoiriens (HACA et ANP), situent la responsabilité du journaliste au centre de toute décision de publication d’article comme le souligne le code de déontologie du journaliste en Côte d’Ivoire. Celui-ci invite au respect strict des règles de l’exercice du métier.

Formels, les régulateurs invitent les journalistes à ne s’en tenir qu’aux seuls résultats proclamés par la Commission Electorale Indépendante (CEI) afin d’éviter d’éventuelles tensions.

« Il ne faut pas publier de résultat avant la Commission Electorale Indépendante conformément à l’article 12 du code électoral, sinon vous vous exposez à la rigueur de la loi », ont-ils prévenu.

Pour eux, s’abstenir de toute atteinte à l’éthique sociale, telle que prescrit à l’article 14 dudit code, éviterait surtout les tensions qui ouvrent la voie aux violences électorales. « Evitez de relayer des propos haineux d’adversaires politiques lors de leur différents meetings, les obligerait à changer de ton », conseil Konaté Doh, rappelant l’article 12 du code électoral qui interdit toute publication de résultat qui n’émane pas de la CEI.

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale dont la mission, souligne son Directeur Général, Coulibaly Tiézon, veille et déclenche l’alerte s’il détecte des signes annonciateurs de violence. Selon lui 88 alertes ont été données en cette période électorale. « Notre souci est de sauvegarder la cohésion sociale », a-t-il indiqué.

« Faisons attention ! Nous ne sommes pas à l’abri pendant les périodes électorales. Alors ne nous faisons pas complice de manipulation d’information. Faites du code de déontologie, votre second livre », conseille Samba Koné, président de l’Autorité Nationale de la Presse.

JEN

Partager cet article:

3464total visits,8visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires