A la une, Actualité, Société, , ,

Côte d’Ivoire –Trafic d’espèces protégées : arrestation de 5 trafiquants avec 60 défenses d’ivoire

Cinq trafiquants opérants dans le commerce illégal d’ivoires ont été interpellés le vendredi 26 Février 2021 à Abengourou. Ces hommes ont été arrêtés avec en leur possession 60 défenses d’ivoire pour un total de 114 kilogrammes. Cette arrestation a été possible grâce aux agents de l’Unité de lutte contre la Criminalité Transnationale (UCT), du ministère des eaux et forêts (MINEF) avec l’assistance technique de Eagle Côte d’Ivoire.

Le vendredi 26 février 2021, cinq trafiquants spécialisés dans le trafic et la vente d’ivoire ont été arrêtés en flagrant délit de détention pointes d’ivoire à Abengourou à l’Est de la Côte d’Ivoire.

C’est en début d’après-midi, de ce 26 février que les hommes de l’UCT et ceux du MINEF avec l’appui technique de EAGLE-CI sont arrivés dans de la ville où étaient retranchés les trafiquants avec les ivoires. L’assaut lancé, les trafiquants ont été pris. Une importante quantité d’ivoire a été alors saisie sur place. Il s’agit de 60 pointes d’ivoires, le tout pour un poids total de 114 kilogrammes.

Les ivoires saisis proviendraient essentiellement de certains pays voisins à la Côte d’Ivoire. Un fait qui soulève la grande question de la porosité des frontières terrestres ivoiriennes.

En effet, ces hommes appartiennent à un réseau international de trafic d’ivoire avec des connexions dans certains pays de la sous-région ouest africaine. A chaque personne, une tache particulière. Chacune des cinq personnes interpellées a joué un rôle important dans l’achat et le convoyage des ivoires à Abengourou.

Sur les cinq, il y en avait trois qui avaient passé la frontière pour se rendre au Togo, là-bas, ils n’ont obtenu que 32 kg. La quantité, jugé insuffisante, deux hommes faisant parti du premier voyage se sont rendus à la frontière du Mali et du Burkina-Faso où ils auront cette fois 82 kg. Ce qui a donné un poids total de 114 kg qu’ils ont stockés d’abord à Niablé avant de les convoyer par la suite à Abengourou où ils ont été arrêté.

C’est donc un groupe bien organisé qui connait les arcanes de ce trafic, au sein duquel l’on a des financiers, des démarcheurs qui ont également en charge de faire passer les colis aux frontières. Une fois sur place, il y a un qui est chargé du transport local et un autre du stockage.

Après leurs arrestations, ces trafiquants ont étés conduits au siège de l’UCT à Abidjan pour une garde à vue et subir un interrogatoire. Ils ont été déférés par la suite devant le parquet d’Abengourou le 3 Mars 2021 pour leur procès. Ils ont été inculpés pour trafic d’espèces protégées et association de malfaiteurs.

Ces hommes pourraient donc être condamnés une peine de prison allant  d’un an  à cinq ans de prison (selon l’article 203 du code pénal) et une amende comprise entre 3000 F et 300.000 F CFA.

La loi faunique ivoirienne est loin d’être dissuasive alors que la situation des espèces protégées est de plus en plus alarmante notamment celle des éléphants, tués pour leurs ivoires.

Pour le cas actuel, l’on estime à pas moins de 30 éléphants tués pour ainsi atteindre ce nombre de 60 pointes d’ivoires.

En Côte d’Ivoire, ce sont plus de 1139 qui ont été dénombrés dans 26 habitats selon les rapports réalisés entre 1987 et 2000. Aujourd’hui, le nombre d’individu ne dépasse guère les 300 selon un rapport de l’Union International pour la Conservation de la Nature publié en 2016.

La situation est d’autant plus alarmante qu’en Afrique ce sont près de 50 à 80 éléphants qui sont tués chaque jour. Ce qui donne un chiffre de 20.000 à 30.000 pachydermes tués chaque année.

La population d’éléphant est donc passée de 3 à 5 millions de têtes au début du siècle dernier à 415.000 aujourd’hui selon le Fond Mondial pour la Nature (WWF). Pourtant le commerce international de l’ivoire étant déclaré illégal depuis 1989.

EAGLE Côte d’Ivoire

Partager cet article:

5493total visits,5visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires