A la une, Actualité, Santé, Société, , ,

Côte d’Ivoire : le ministre de l’environnement attribue 65 agréments pour conduire des études d’impact environnemental dans la réalisation de projets de développement

Le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Joseph Séka Séka a procédé ce vendredi 07 février 2020 au renouvellement et à l’attribution de nouveaux agréments aux Bureaux d’Etudes (BE) et aux Consultants Indépendant (CI).

Sur 67 demandes, seuls 62 ont été retenues par la commission d’attribution d’agrément présidée par Madeleine Sako Sopi, directrice de l’ANDE, le guichet unique de l’évaluation de l’environnement en Côte d’Ivoire.

« Je sais compter sur vous pour rehausser l’expertises des évaluation environnementales à un niveau de qualité en Côte d’Ivoire », a-t-elle indiqué.

En remettant cet arrêté portant délivrance d’agrément permettant aux bénéficiaires d’évaluer l’impact environnemental sur le développement pour le compte des porteurs de projets, comme l’exige la loi, le premier responsable de l’environnement en Côte d’Ivoire, le professeur Séka Séka Joseph régularise ainsi une activité qui s’exerçait depuis 2017 dans le provisoire.

« Afin de règlementer l’activité des bureaux d’Etudes ou consultants indépendants, mais surtout améliorer la qualité des rapports qu’ils produisent, le Ministère de l’Environnement a institué l’octroi d’agrément les missions d’études aux experts avérés », a expliqué le professeur Séka Séka,

Aussi, a-t-il indiqué que cette cérémonie, ‘‘vient mettre fin au processus de renouvelle et attribution des agréments lancé depuis décembre 2019’’.

Pour le ministre de l’environnement ces agréments valent bien plus que les gains substantiels que les récipiendaires peuvent en tirer. « Cet agrément, au-delà des bénéfices économiques qu’il vous confère, doit traduire votre engagement à renforcer davantage vos activités, à vous s’inscrire dans la dynamique de la recherche de l’excellence et du travail bien fait », a conseillé le professeur Séka Séka Joseph. Et pour y arriver, cela passe par la rigueur et le professionnalisme des hommes à commettre à la tâche. « Insuffler la rigueur et le professionnalisme à vos équipes afin de produire des rapports de qualité en soumettant des documents qui valorisent l’expertise nationale », a-t-il plaidé avant de souhaiter harmonisation des coûts des prestations afin que la prise en compte des contraintes du développement durable soit accessible à tous les opérateurs économiques.

Cette invitation est saisie au bond par le président de la Chambre Ivoirienne des Experts-conseil en Evaluations Environnementales et Sociales (CIVEXES). « Nous en sommes tellement conscient, que nous avons, à notre propre niveau, décidé de nous fédérer pour règlementer notre secteur d’activité afin de lui donner ses lettres de noblesse », a répondu Namory Traoré, président de cette chambre qui a profité de cette opportunité pour inviter tous les détenteurs d’agrément à intégrer la Chambre pour une meilleure coordination des activités dans le secteur.

Aussi, a-t-il plaidé en faveur de la prise de l’arrêté fixant le coût des redevances pour la valorisation des rapports d’études environnementales et sociales.

Conformément au décret n°97-393 du 09 juillet 1997, portant création de l’Agence Nationale De l’Environnement (ANDE), les rapports d’évaluation environnementale de tout porteur de projets de développement, d’entreprises ou industries en fonctionnement doivent être réalisés par les bureaux d’études et les consultants indépendants. Il s’agit d’apprécier le niveau d’impact environnemental sur la qualité de vie des populations.

JEN

Partager cet article:

1080total visits,2visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires