A la une, Actualité, Politique, , ,

Côte d’Ivoire – Présidentielle 2020 : Ouattara révèle son plan pour la conservation du pouvoir d’Etat

Alassane Ouattara a révélé ce jeudi 30 Janvier 2020 son plan pour la conservation du pouvoir d’Etat au terme de l’élection présidentielle d’octobre prochain.

Sur un simple calcul arithmétique, le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, qui entretient, jusque-là, le mystère autour de sa probable candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2020, affirme avec conviction que la victoire du Rhdp, son parti politique, ne souffre d’aucune ambiguïté.

« Le Rhdp qui est le parti le plus implanté sur le territoire national avec 155 députés sur les 251 que compte l’hémicycle et 149 communes sur les 200, gagne largement cette élection parce que ce sont leurs électeurs qui votent », a déclaré Alassane Ouattara, recevant les acteurs des médias à l’occasion des échanges de vœux.

Les journalistes très attentif au message de Ouattara

Pour lui, peu importe le temps qui a coulé lors des derniers scrutins jusqu’à ce jour. Tous les électeurs qui ont donné leur voix à la victoire d’un élu Rhdp, ne sauraient opérer un autre choix que celui de son premier amour.

Mais Alassane Ouattara a-t-il réellement pris en compte tous les paramètres qui entourent une élection dans son analyse ? Puisque tous les élus qui se réclament du Rhdp aujourd’hui, ne l’étaient pas avant les différents scrutins passés. Bon nombre d’entre ces élus ont eu la faveur des électeurs, parce qu’ils sont partis soit en indépendant ou soit sous l’étiquette d’un autre parti politique autre que le Rhdp.

A moins que le code électoral qui attend d’être modifié ne le soit dans sens de donner mandat aux seuls élus d’avoir droit de vote aux prochains scrutins, penser alors qu’un report systématique de voix est acquis d’office, est loin de la réalité. Ce d’autant que ces mouvements qualifié de ‘‘transhumance politique’’ par des leaders politiques ont suscité et continuent, pour d’autre encore, de susciter des colères au sein de leurs électeurs.

Réaffirmant sa volonté de modifier la Constitution, Alassane Ouattara n’entend pas, sinon pas avant avril 2020, la période à laquelle il prévoit engager cette réforme, donner un avant goûts des points qui seront touchés.

« Ne me demandez pas les points qui seront modifiés. Nous avons jusqu’au mois d’avril pour le faire », a-t-il conclu.

JEN

Partager cet article:

1153total visits,1visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires