A la une, Actualité, Economie, , , , ,

Côte d’Ivoire : L’Etat attend des services des impôts 2716,2 Milliards de FCFA pour le budget 2020, annonce le DG de cette régie financière, expliquant l’annexe fiscale 2020

Présentant les dispositions de l’annexe fiscale relative à la loi n°2019-1080 du 18 décembre 2019, portant budget de l’Etat pour l’année 2020, le directeur général des impôts, Ouattara Sié Abou a dévoilé l’objectif des mobilisations assigné à son institution pour le budget 2020 qui est de 2716,2 Milliards de FCFA contre 2307 Milliards de FCFA en 2019.

« L’objectif de la mobilisation des impôts pour le budget 2020 est de 2716,2 Milliards de FCFA », a révélé Ouattara Sié Abou ce jeudi 09 Janvier 2020 lors d’un déjeuner de presse avec les responsables des médias. Pour lui, ce résultat a été atteint grâce à une bonne campagne de sensibilisation au civisme fiscal. « Un impôt bien compris, est un impôt facile à payer », a-t-il ajouté, prenant à témoin la campagne de sensibilisation initiée dans les médias sur l’impôt foncier. L’impôt foncier, note le directeur général des impôts, pour l’année 2019, a contribué au budget de l’Etat, à hauteur 114 Milliards de FCFA même si l’on attendait une mobilisation de 120 Milliards de FCFA. C’est une performance, estime Ouattara Sié Abou puis qu’en 2018, cette mobilisation n’était que de 87 Milliards de FCFA.  « L’annexe fiscale 2020 est porteuse d’espoir aussi bien pour l’Etat que pour les entreprises qui peuvent désormais exercer sereinement », a-t-il souligné.

Attendant beaucoup de l’impôt foncier dans la mobilisation du budget 2020, le directeur général des impôts annonce les sanctions auxquelles s’exposent les contrevenants. « Si vous prenez plus que deux mois de caution et deux mois d’avance de loyer, on vous taxera 300% de pénalité », a-t-il prévenu. Une mesure relative à la loi sur le bail à usage d’habitation, entrée en vigueur en juin 2018 et qui répond à la volonté du Gouvernement de rééquilibrer les rapports entre les parties au contrat, de lutter contre la flambée du coût des loyers, notamment dans la ville d’Abidjan, et d’assurer un meilleur contrôle de l’Administration en la matière.

Pour sa mise en œuvre, le Conseil des ministres du mercredi 08 janvier a adopté une communication relative à l’état d’avancement et aux perspectives de la mise en œuvre de cette loi. Elle fait obligation aux parties de conclure le contrat de bail par écrit, de l’enregistrer auprès de l’administration fiscale et exige du bailleur de limiter à deux (02) mois maximum, les avances et les dépôts de garantie de loyers.

JEN

Partager cet article:

1421total visits,2visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires