A la une, Actualité, Economie, , , ,

Clôture de la 14è réunion régionale africaine de l’Oit : Abidjan recommande une justice sociale pour un travail décent

Les lampions se sont éteints ce vendredi 06 décembre 2019 sur la 14è réunion régionale africaine de l’Organisation Internationale du Travail (Oit). Cette rencontre a permis aux 351 délégués venus de 49 pays membres de prendre d’importantes décisions pour l’avenir du travail sur le continent africain.

Comment façonner l’avenir du travail impliquant une justice sociale pour aboutir à un travail décent ? Tel est en substance le résumé de la déclaration d’Abidjan qui est en effet une feuille de route, selon Guy Ryder, directeur général de l’OIT. « La déclaration d’Abidjan adoptée ce jour est une feuille de route. Elle identifie clairement les priorités des actions à mener », a déclaré Guy Ryder à la clôture des assises de cette 14è réunion régionale africaine tenue sur le bord de la lagune Ebrié dans la capitale économique ivoirienne.

Il n’y pas d’autres choix, estime le ministre ivoirien de l’emploi et de la protection sociale, Pascal Abinan Kouakou, que de poursuivre les efforts déjà engagés afin de s’inscrire dans cette donne. « Nous devons poursuivre nos efforts, au plan national en tenant compte des nos réalités et spécificités et au plan régional et continental, à travers les instruments dont nous nous sommes dotés », a déclaré Pascal Abinan, promettant que les conclusions de cette ‘‘rencontre régionale d’Abidjan seront, à n’en point douter, un excellent conducteur pour l’atteinte des objectifs avec l’appui du Bureau ivoirien du travail (Bit) pour y parvenir’’.

« Nous avons pris l’engagement de centrer notre action sur l’humain. Pour ce faire, des orientations essentielles ont été définies et nous permettent, dans le cadre de la mise en œuvre de l’agenda du travail décent, d’aboutir à des résultats attendus par nos populations », a-t-il indiqué en soulignant que les actions majeures à mener restent la formation de la jeunesse afin de lui garantir l’accès à l’emploi productif et décent qui passe par l’application effective des normes du travail.

Entre autres priorités de la déclaration d’Abidjan, il s’agit de garantir aux jeunes la liberté d’innover, d’expérimenter et de faire entendre leurs voix et de faire valoir leurs droits, de renforcer l’efficacité des institutions du travail pour assurer une protection adéquate à tous les travailleurs, de renforcer les institutions compétentes en matière de dialogue social, de faire du travail décent et de l’emploi productif une réalité pour la jeunesse en Afrique, développer les compétences, les technologies et la productivité en tant qu’outils essentiels pour améliorer l’avenir du travail en Afrique ; de transformer l’économie rurale informelle en Afrique pour y instaurer le travail décent ; de respecter les normes internationales du travail, de promouvoir le dialogue social et réaliser l’égalité entre hommes et femmes.

Sur les 54 Membres à part entière invités à participer à cette réunion, 49 ont envoyé leurs pouvoirs en bonne et due forme. La réunion a alors enregistré 94 délégués gouvernementaux, 48 délégués des employeurs et 47 délégués des travailleurs, soit un total de 189 délégués. Elle a aussi enregistré la participation de 81 conseillers techniques gouvernementaux, 30 conseillers employeurs et 51 conseillers techniques travailleurs, soit un total de 162 conseillers techniques. Les personnes désignées à la fois comme délégués suppléants et comme conseillers ont été comptées parmi les conseillers. Le nombre de délégués et de conseillers techniques désignés était donc, au total, de 351. La commission note que, bien que cela représente une baisse par rapport à la 13e  Réunion régionale africaine, le niveau de participation reste élevé.

JEN

Partager cet article:

1853total visits,7visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires