A la une, Actualité, Société, , ,

Côte d’Ivoire : le ministre ivoirien de l’emploi et de la protection sociale et le DG de l’Oit d’accord pour un travail décent en Afrique

Abidjan abrite depuis ce mardi 03 décembre 2019 la 14e Réunion régionale africaine de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Il s’agit pour les gouvernants africains, employeurs et employés de faire le bilan de la situation du travail sur le continent et par la suite envisager le futur.

« Notre continent est confronté à de nombreuses difficultés relatives notamment à l’importance de l’économie informelle dans la majorité de nos pays », a déclaré, dans son allocution d’ouverture, le ministre ivoirien de l’emploi et de la protection sociale, Pascal Kouakou Abinan pour qui la célébration de cent (100) ans de travail est l’occasion de jeter un regard rétrospectif sur l’importante œuvre accomplie par l’OIT et ses mandants tripartites afin d’envisager sereinement l’avenir du travail que les gouvernants appellent de tous leurs vœux pour les générations futures.

le ministre ivoirien de l’emploi pour un travail décent des travailleurs

Selon Pascal Abinan, les actions qu’il convient de mener dans ce sens, pour lutter durablement contre le chômage des jeunes, des femmes et des personnes en situation de handicap, ce sont les actions qui concurrent à instaurer des socles de protection sociale destinés à garantir des droits élémentaires.

Pour lui, le taux des emplois informels estimé 93,9% mais surtout de 97,9% en milieu rural, expose une grande partie de la population active aux risques de ‘‘la précarité de l’emploi et des revenus, la pauvreté, l’absence de protection sociale, de sécurité juridique et de prévention contre les risques professionnels et donc un déficit de travail décent’’. « Face à ces difficultés, nous ne sommes pas restés sans réagir. Nous avons même fait du chemin ! Grâce aux outils et mécanismes régionaux et internationaux que nous avons mis en place, notamment sous l’impulsion du BIT ou avec son appui, à travers des programmes pays de promotion du travail décent bien adaptés, des politiques et programmes ajustés et élaborés sur la base d’un dialogue tripartite participatif et efficace, nous avons fait progresser le travail décent en procédant à une meilleure redistribution des fruits de la croissance économique », a-t-il expliqué.

Le DG de l’Oit invite les dirigeants africains à favoriser le travail décent pour les travailleurs

« Oui l’occasion nous est ainsi donnée de contribuer à bâtir l’avenir du travail sur ce continent », a affirmé Guy Ryder, directeur général de l’OIT pour qui l’Afrique à toutes les raisons de regarder cet avenir avec confiance parce qu’elle est jeune, riche en ressources, dynamique et créative. « L’Afrique a des possibilités qui, à bien des égards, n’existent pas dans d’autres régions », a-t-il révélé. L’économie mondiale devant afficher pour l’année prochaine, la croissance de 3% alors qu’elle sera d’environ 4% sur le continent africain, le défi de l’emploi estime Monsieur Ryder, devra être le challenge à relever si l’on veut réaliser l’Agenda du développement durable à l’horizon 2030, c’est-à-dire, créer 26 millions d’emplois productifs tous les ans. « Dans le cas de l’Afrique, toute la question est de savoir si les changements qui se produisent sous l’effet conjugué de l’évolution démographique, de l’innovation technologique, du changement climatique et de la trajectoire de plus en plus incertaine que suit la mondialisation peuvent être mis à profit pour promouvoir le travail décent et la justice sociale », s’interroge le directeur de l’OIT qui reconnait toutefois que la réponse n’est pas donnée d’avance. « Tout dépend de ce que nous, les gouvernements, les employeurs et les travailleurs, sommes prêts à faire, et capables de faire, pour bâtir l’avenir que nous voulons », a-t-il indiqué, invitant à explorer la piste des nouvelles technologies comme solutions. « Les nouvelles technologies ouvrent des perspectives entièrement inédites pour le développement en Afrique, avec de véritables avancées à la clé si ces technologies peuvent être appliquées et déployées avec succès », a-t-il conclu

JEN

Partager cet article:

171total visits,8visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires