A la une, Actualité, Economie, ,

Côte d’Ivoire : L’approche du financement de l’agriculture de la Banque populaire saluée par les producteurs 

La Banque populaire de Côte d’Ivoire, anciennement Caisse National de Crédit et d’Epargne (CNCE) était face aux acteurs du monde agricole ce mardi 26 novembre 2019. Pour sa mutation, elle a besoin de partager avec ceux-ci les nouvelles valeurs qu’elle s’est dotées pour le bien-être de sa clientèle.

Dans sa nouvelle vision calquée sur la proximité, la responsabilité, l’engagement et la satisfaction du client, la nouvelle équipe coachée par Tanou Fadiga, n’a pas trouvé meilleure opportunité que le cadre que lui offre le Sara 2019 pour présenter son rêve d’un monde agricole bien portant. A peine devenue Banque populaire de Côte d’Ivoire, elle est adoptée par bon nombre d’acteurs du monde agricole, d’organisations coopératives, PME-PMI.

Les panelistes, pour la plupart, bénéficiaires de l’accompagnement de la Banque, ont salué cette mutation qui vient, selon eux, soulager les producteurs dans leur ensemble.

« Les vivriers produits par les femmes gouro de Gohitafla étaient mal vendus sur le marché. Et c’est cette banque qui est venue nous voir quand nous nous sommes regroupées en coopérative pour nous proposer son accompagnement », a expliqué Mme Gui Lou Irié Epse Ta Bi, président du conseil d’Administration de la société coopérative de production et de distribution des femmes de Gohitafla. Parce qu’affirme-t-elle, il est difficile aux producteurs de s’en sortir sans accompagnement d’une banque. « Nous attendons beaucoup de cette banque lors de la prochaine campagne de l’anacarde qui démarre bientôt », a plaidé Mme Gui Lou Irié.

Se voulant proche de sa clientèle, la Banque populaire s’est installée au sein du marché cocovico. Une proximité saluée par Mme Woï Gisèle, présidente du conseil d’Administration de cette coopérative de femmes qui a plaidé pour un accompagnement de la banque dans toutes ses activités. « Nous avons un projet dans une grande ville du pays et nous souhaitons l’accompagnement de la Banque dans sa mise en œuvre », a-t-elle insisté.

Également bénéficiaire de l’appui de cette banque, Monsieur Diaby, promoteur d’attiéké, de gari et de feuille de manioc conditionnés, a souhaite un assouplissement des conditions d’octroi des crédits afin de permettre une forte éclosion des projets. Un appel qui permet à Monsieur Kouamé, directeur des risques de la banque de rappeler les critères nécessaires pour l’accompagnement de son institution financière à toutes demande. Pour lui, le caractère, c’est-à-dire, la personnalité du demandeur, sa capacité à rembourser, la garantie du remboursement et les clauses du remboursement du prêts permettent aux financiers de mesurer le risque de non-paiement du crédit à octroyer. Il a alors présenté les produits élaborés et adaptés aux acteurs du monde agricole avant de recommander au PME-PMI une professionnalisation pour mieux répondre aux exigences de la banque afin d’honorer leurs engagements pour une bonne collaboration.

JEN

Partager cet article:

280total visits,2visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires