A la une, Actualité, Société,

Côte d’Ivoire : des candidats au BTS, crient injustice et manifestent devant les locaux de Mabri au Plateau

Plusieurs Centaines de candidats au Brevet de Technicien Supérieur (BTS) recalé à l’examen cession 2019, ont manifesté ce lundi 02 septembre 2019 devant le Ministère de l’Enseignement Supérieur au plateau, juste après que la Direction de l’Orientation et des Examens (DOREX) ait jeté à leur visage que, pour les réclamations, c’est une autre qui a la charge sans toutefois la nommer.

« Nous nous sommes rendus ce matin à la DOREX pour faire nos réclamations et voilà qu’on nous ferme les portes et on nous renvoie au ministère », a déclaré SIOTO James Evrard, candidat malheureux au BTS, option Mines Géologie et Pétrole à Institut Supérieur Jean-Paul 2 au groupe LOKO.

Les motifs de ces échecs en masse sont multiples. James Evrard SIOTO et plusieurs centaines de candidats comme Gbalé NAKY, Konaté Gaoussou, Amani Renaud David (candidat libre en RHcom) constatent avec étonnement sur leurs différents relevés de note qu’ils ont été absents dans plusieurs matières lors du déroulement des épreuves. « On nous déclare absent dans certaines matières alors qu’on a émargé sur une liste de présence et passer notre emprunte sur un appareil biométrique qui atteste effectivement de notre participation aux différentes épreuves », ont-ils expliqué leur surprise d’être recalé par ce motif.

Quant aux candidats SARE Awa, Cissé Karamoko Ben, tous deux en BTS GESCOM et bien d’autres encore, la fraude est le motif qui leur a été collé.

« Même à l’oral, on nous accuse d’avoir fraudé ! », explique avec étonnement Mlle SARE ajoutant qu’aucune réclamation effectuée en ligne les années antérieures n’ont abouti.

« Je vous donne ma parole, spécialiste des TIC que je suis, si nous vérifions et que ces informations que vous venez de nous donner sont exactes, vous serez rétablis dans vos droits », a promis le Directeur Général de l’Enseignement Supérieur, premier responsable des examens descendu lui-même pour recueillir leur plainte.

Faisant le point du déroulement des examens cession 2019, le ministère de l’éducation nationale a annoncé plusieurs cas de fraude au BAC (6.254 cas) dont la mesure directe a été de recaler les candidats soupçonnés parce ce qu’ils n’ont pas été pris sur les faits.

Dès lors, une réflexion profonde mérite d’être conduite. Peut-on raisonnablement faire payer aux seuls aspirants, la conséquence d’une fraude sans situer la responsabilité toute la chaine de surveillance qui part du président de centre, du secrétariat général du centre d’examen et des surveillants ? Puisque tous les procès-verbaux ont attesté que tout s’est bien déroulé sans faire mention d’aucune fraude.

JEN

 

Partager cet article:

1230total visits,4visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires