A la une, Actualité, Société,

Côte d’Ivoire : L’Autorité du Bassin du Niger installe son réseau de journalistes pour le PIDACC/BN

Dans le cadre de l’opérationnalisation du réseau des journalistes de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), dans le cadre du Programme Intégré de Développement et d’Adaptation au Changement Climatique dans le   Bassin du Niger (PIDACC/BN), un atelier national de concertation, d’information et de sensibilisation des acteurs de la presse, s’est tenu les 24 et 25 juin 2019 à la salle de conférence de la Direction Générale des Ressources en Eau (DGRE) du ministère des Eaux et Forêts.

A cette occasion, le représentant du Directeur Général des Ressources en Eau du ministère des Eaux et Forêts, Colonel Kouassi Martin a indiqué que le fleuve Niger a sa source en Côte d’Ivoire, près de la ville de Boundiali : « Ce cours d’eau appelé Bagoué, d’une longueur de 350 km traverse la Côte d’Ivoire et le Mali. A cela, il faut ajouter le Baoulé qui prend sa source dans les collines situées au sud-ouest du Mali, près de la frontière guinéenne. Ces deux cours d’eau se jettent dans le fleuve Niger qui irrigue neufs pays de l’Afrique que sont : la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Tchad. D’où la création le 21 novembre 1980, de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) qui succéda à l’ex-Commission du Bassin du Niger créée en 1966. C’est une organisation intergouvernementale, chargée de promouvoir la coopération entre les États membres et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations du bassin par la gestion durable des ressources en eau et des écosystèmes associés », a-t-il précisé avant de poursuivre. « A cet effet, un Programme Intégré de Développement et d’Adaptation au Changement Climatique dans le   Bassin du Niger (PIDACC/BN) a été rédigé et c’est dans ce cadre que nous nous retrouvons ».

A sa suite, Abdoulaye Kaya, expert en communication en mission en Côte d’Ivoire, après avoir présenté   l’Autorité du Bassin du Niger,  sa mission, sa vision et passé en revue les différents projets et programmes, ajoutera que l’ABN ambitionne d’être reconnue comme un organisme de bassin innovant et transparent. Il a précisé qu’il s’agit de renforcer la solidarité entre les États membres et à générer des bénéfices partagés entre les populations. « Ce programme ambitieux ne peut se faire sans la presse » a-t-il soutenu. L’expert  a par ailleurs relevé les objectifs du réseau des journalistes. « Il faut  organiser des débats publics, et permanents des parties prenantes et des partenaires actuels et potentiels sur la pertinence des actions entreprises au profit des communautés dans un climat de stabilité qui sécurise les investissements ; définir des indicateurs permettant un meilleur suivi et évaluer  la mise en œuvre des activités. Diffuser les informations, les données produites, les enseignements et les leçons apprises dans le cadre de ces projets et programmes à travers des supports et outils de communication adaptés aux publics cibles ; réunir les éléments de capitalisation, de valorisation et de canaux de diffusion au sein d’un plan d’actions cohérent ; informer et sensibiliser les populations sur l’existence du programme, les conditions d’accès aux ressources du programme », s’est-il justifié.

le fleuve niger

Au terme de sa présentation, le réseau des journalistes de l’ABN a été mis en place. La Présidence est assurée par Bamba Mamitoudoulaye Lacina, agent technique chargé des radios de proximité au sein de l’Union des Usagers et Usagères du Bassin à Boundiali, quand la Vice-présidence est revenue  à  Abou Sylla de Radio Côte d’Ivoire. Patrice Gnadja, journaliste-expert-consultant en développement durable, se chargera de l’animation du Secrétariat Général du réseau, quand Marie Paule Koffi du « courrier » secondée par Ernest Famin de « l’Expression », tiennent les rênes   de l’organisation.

Comme recommandation de l’atelier, il a été décidé l’entretien du réseau par le Secrétariat Exécutif de l’ABN à travers le financement des activités, la formation des membres et l’équipement en matériels de communication. La mise à disposition des fonds prévus pour la diffusion de l’information dans le cadre du projet SATH a également été recommandée sans oublier l’implication active du réseau dans l’organisation des activités de l’ABN en Côte d’Ivoire et dans les autres Etats membres.

Au terme des travaux, Abdoulaye Kaya a rendu hommage à tous les participants pour leurs contributions significatives aux différents travaux de l’atelier. Il a rappelé que l’animation du réseau ne dépend pas que de l’ABN, mais de tous ses acteurs. Le mot de clôture a été prononcé par le Directeur Général des Ressources en Eau, Colonel Ehoussou Niamzou. Il a félicité l’ABN pour ses actions de développement dans le bassin du Niger au bénéfice des populations et le réseau de journalistes. Il a souhaité un bon retour à l’expert en communication et aux participants dans leurs familles respectives.

S.D.

Partager cet article:

1328total visits,2visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires