A la une, Actualité, Société, ,

Côte d’Ivoire : la direction de la communication de Mabri manœuvre pour une année blanche pour une groupe d’étudiants au BTS en menaçant la presse  

Des étudiants du groupe LOKO, de Williams Ponty, de Léonard de Vinci, de l’Université Internationale Privée d’Abidjan et bien d’autre risque de perdre une année scolaire pour faute de matricules incorrects à eux attribués depuis la première année du BTS. Les concernés se sont donnés rendez-vous ce lundi 13 mai 2019 devant les locaux du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique exiger leur prise en compte dans le processus d’enrôlement, étape de dépôt physique des dossiers de candidature après l’inscription en ligne qu’ils n’ont malheureusement pas pu réaliser ce défaut de matricule.

« Nous avons en ce moment un problème de candidature au BTS (Brevet de Technicien Supérieur, NDLR). Quand on va sur le site pour notre inscription en ligne ça ne passe pas parce qu’il y a des erreurs sur nos matricules. Il s’affiche ; matricules inexistants », explique Gbaméné Alain Yao Serge, étudiant en deuxième année de finance-comptabilité à l’Ecole Williams Ponty. Ce dernier précise que ces ‘‘matricules sont attribués aux étudiants depuis la première année’’. « On ne sait pas qui les donne et à quoi cela devait servir. Ce n’est que maintenant que nous venons de nous rendre compte de ce qu’on doit en faire », a-t-il dénoncé déplorant la démission des établissements d’accueil face à cette énorme difficulté pouvant compromettre leur avenir. « Notre école qui a souhaité qu’on n’évoque pas son nom ici, nous a demandés de venir voir cela au ministère à la tour C. Et depuis le matin nous sommes là. (Il était 11 Heures 22 Min, NDLR). Nous sommes inquiets ! », a regretté Gbaméné Alain Yao Serge, l’abandon des chefs d’établissement les livrant ainsi à leur triste sort.

Ces étudiants au nombre d’environ une quarantaine de personnes sont issus de différentes filières comme finances-comptabilité, RHCOM, Electronique, et bien d’autres souhaite leur prise en compte dans le processus d’enrôlement qui commence ce mardi 14 mai et prend fin le 17 mai 2019. « Nous sommes des milliers dans cette situation. Cette action a été spontanée. Tout le monde n’a pas été informé », souligne DIABY Daouda, étudiant en électrotechnique au groupe LOKO Jean-Paul II, Yopougon Siporex. « L’année dernière pour un certificat en année préparatoire, je n’ai pas pu passer le BTS. J’ai payé cadeau la scolarité. Cette année encore, les gens se sont trompés sur ma date de naissance ce qui rend impossible mon inscription en ligne alors que mes parents doivent débourser 475.000 FCFA pour la même scolarité », a-t-il dénoncé.

Le porte-parole des étudiants expliquant les échange avec la responsable de la communication du MESRS

 

De son côté le ministère, plus que sur la défensive, évoque la mauvaise foi de ces étudiants. Selon la directrice de la communication qui nous recevait à ce sujet, c’est sur un ton discourtois, enveloppé d’une certaine arrogance, parce qu’estimant qu’elle n’est pas tenue de nous recevoir et de nous donner des informations sur cette affaire, ‘‘ces matricules, ils les ont depuis leur première année, donc ils avaient le temps de les vérifier’’. « Ce sont des retardataires ! S’ils étaient venus formuler une requête dans ce sens, on pouvait se plancher sur leur cas et voir ce qu’on peut faire pour eux », a soutenu la patronne de la communication du Ministre Mabri Toikeusse avec fermeté la façon dont elle souhaite que ce dossier soit géré, calé et bouclé. « On ne peut pas laisser ouvert le site à tout moment. On l’ouvre de façon ponctuelle pour une tâche bien définie et après on ferme », a-t-elle insisté avant de nous rappelé par le biais d’un de ses collaborateurs que je ne suis plus la bienvenue dans les locaux du ministère de l’Enseignement Supérieur. Séance tenante ce dernier donne instructions aux vigiles de ne plus m’ouvrir une seule porte du ministère dans l’avenir. Grave atteinte à la liberté de la presse, paradoxalement commise par un service de communication dont la vocation première est les journalistes et de leur donner l’information. Quel culot !

Nous y reviendrons.

JEN

Partager cet article:

2225total visits,3visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires