A la une, Actualité, Economie,

Maurice Sawadogo : « Le recensement des producteurs de café-cacao va lutter contre la pauvreté »

Le président de la coopérative Agnitiè d’Abengourou est monté au créneau le samedi 20 avril 2019 pour donner les avantages du recensement des producteurs initié par le Conseil café-cacao.

Dans une déclaration Maurice Sawadogo a estimé que le recensement des producteurs va permettre de lutter contre la pauvreté en milieu rural. « Actuellement les difficultés des producteurs de café-cacao sont dues au fait qu’ils n’ont pas de compte bancaire et donc n’ont pas accès au crédit. Avec le recensement, ils pourront non seulement avoir accès aux banques, mais ils pourront bénéficier de financements bancaires », a-t-il souligné.

Car, a-t-il expliqué, le recensement des producteurs étant doublé du recensement du verger, les producteurs peuvent dorénavant produire avec exactitude un document retraçant la surface de leur champ. Ce qui est de nature à rassurer les financiers.

Parlant de sa cité, Maurice Sawadogo a fait savoir que le recensement se déroule normalement. « Je ne suis pas en mesure de vous donner des chiffres. Car, les agents recenseurs ont commencé dans les ménages avant de se rendre dans les champs. Mais, actuellement dans l’Indénié-Djuablin, les agents recenseurs sont bien accueillis », a-t-il informé.

Pour lui, il ne pouvait en être autrement puisque le recensement des producteurs et de leurs vergers remonte à l’ère de l’ex-Satmaci. « Les producteurs attendaient ce recensement. Aussi avec la sensibilisation que nous avons engagée dans la région, ils ont compris le bien-fondé de cette opération », a-t-il affirmé.

Selon le président de la coopérative Agnitiè, les arguments selon lesquels ce recensement vise à inscrire les producteurs dans la base de données des impôts sont farfelus. « Le producteur à travers le Droit unique de sortie et les autres prélèvements sur le kg de cacao s’acquitte déjà de ses impôts. On n’a donc pas besoin d’un recensement pour qu’il soit encore imposé », a-t-il dénoncé avant d’exhorter les producteurs à se faire recenser.

Déjà le 15 avril 2019, à Yamoussoukro, le Conseil café-cacao a procédé au lancement de l’opération de recensement des producteurs et de leurs vergers dans les 13 délégations du café-cacao. Dans ce sens, 800 agents ont été déployés.

Selon le directeur général du Conseil café-cacao, Yves Brahima Koné, l’opération qui coûte 6 milliards F CFA va s’achever en septembre 2020. Elle permettra, a-t-il dit, d’avoir une idée précise de la production ivoirienne. « On pourra donc influencer le marché si on connaît notre production. Car muni des données, on peut demander à nos producteurs de réduire ou augmenter la production pour que nous puissions vendre à bon marché », a-t-il avancé. Aux termes de ce recensement, a-t-il promis, des cartes seront remises aux producteurs.

F.S

Partager cet article:

1325total visits,3visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires