A la une, Economie, Tout en image,

Interview/DG de LYNAYS : « Nos solutions d’économie d’énergie peuvent permettre à la Côte d’Ivoire d’électrifier tous ses villages et d’en exporter davantage dans la sous-région mais offre également des milliers d’emploi aux jeunes

Dans une interview accordée au groupe de presse de GOV.COM, le Directeur Général de l’entreprise LYNAYS, entreprise solution en économie d’énergie et de gestion d’eau potable, Emmanuel YEO estime qu’à ce 21è siècle il n’est plus imaginable de construire des maisons sans les doter d’une intelligence artificielle capable de vous remplacer à votre absence dans le rôle que vous aurez pu jouer en votre présence. Des solutions débouchant sur la création de milliers d’emploi et qui régulent la consommation de l’électricité, l’eau et le fonctionnement de tous les appareils électroménagers dans les résidences et permettent d’éviter d’éventuels court-circuit. Suivez l’interview.     

Monsieur le Directeur Général de LYNAYS, vous avez reçu le 6 août dernier, le prix de la meilleure PME de l’année 2018, on peut savoir comment se porte aujourd’hui votre entreprise ?

Merci d’être venu vous s’enquérir de nos nouvelles. Je peux vous affirmer que LYNAYS se porte de plus en plus mieux. D’ailleurs nous ne dormons plus depuis la réception du prix d’Excellence en août 2018. Nous nous attelons chaque jour à améliorer la qualité de nos services. Nous avons pris en compte certains besoins cruciaux de la population notamment le coût de la consommation en énergie qui connait une hausse partout dans le monde parce que les besoins ont augmenté et les ressources se font rares. Les autorités font des efforts pour maintenir les coûts mais nous pensons que les populations peuvent s’impliquer dans la gestion de ces coûts là en s’employant à réduire, dans leur possibilité, le taux de gaspillage. Par rapport à ce constat, nous avons raffiné nos produits. Nous avons aujourd’hui des coffrets intelligents un peu plus grand ; le TLJ 1200 qui est déjà installé dans plusieurs grandes villes du pays. Ils sont destinés à aider les PME et même les grandes entreprises. C’est un compact qui a plusieurs fonctionnalités. Il réduit le coût et produit une économie d’énergie allant de 30% jusqu’à 50% dépendant de la situation. Ces genres de solution, à notre avis peut contribuer à réduire la cherté de la vie. Si le coût de l’énergie basse, il peut impacter sur les coûts de vente et d’achat des produits.

En ce qui concerne les habitations, nous proposons la solution du téléphone qui est le TGE10. Il permet d’utiliser son téléphone pour parler et maitriser la consommation d’énergie dans la résidence. Ce système permet à chacun d’avoir un outil de gestion dans sa résidence. Nous avons aussi mis en place une nouvelle fonctionnalité au niveau du coffret hydro-intelligent. Il permet de gérer l’eau. Si on ne prévient pas le gaspillage d’eau, nous pourrons avoir de sérieux ennuis au niveau de l’eau potable que nous utilisons parce que pour pomper de l’eau sur de longues distances jusqu’aux châteaux, il faut de l’énergie. Donc si l’on n’y prend garde, les coûts de production de l’eau potable peuvent connaitre des augmentations. Si chacun utilise des coffrets hydro intelligents, cela permettra de maitriser le gaspillage d’eau afin de réduire la demande globale de l’eau et le coût des factures mais aussi prolonger la duré de vie des installations des châteaux. Toutes ces solutions ont été raffinées depuis l’obtention du prix d’Excellence en 2018 afin de contribuer efficacement aux efforts du développement du pays.

Doit-on considérer ces innovations comme des challenges qui attendait LNAYS après son sacre ?   

Effectivement ! Vous savez quand on vous distingue comme ça, c’est plus un défi qui vous attend. C’est comme un titre que vous devez défendre. Vous ne pouvez plus être le même, parce que vous devez montrer que vous le méritez et donc pouvoir répondre aux exigences de la clientèle. Quand on vous présente comme le lauréat d’un prix d’Excellence, les attentes des gens sont énormes et rigoureuses. C’est donc plus un challenge, un défi à relever pour LYNAYS qui n’a pas droit à décevoir. Nous devons toujours innover. En ce moment nous sommes entrain de développer d’autres produits en complément de ceux qui existent afin de rendre leur utilisation plus aisée. Nos coûts sont entrain d’être révisés afin de les rendre accessibles à tous. Notre objectif étant de doter toutes les habitations d’un coffret hydro-intelligent et d’un coffret électrique intelligent pour maitriser leur dépense et augmenter leur pouvoir d’achat. Cela doit se faire d’ici la fin de l’année et c’est pour ça d’ailleurs que nous voulons lancer un appel aux populations afin que chaque se dote d’un outil de gestion de sa consommation énergétique.

Les lampions se sont éteints le samedi 30 mars sur la deuxième édition du salon de l’innovation et des inventions d’Abidjan et pour la deuxième fois LYNAYS s’est distinguée par son esprit de créativité en arrachant la médaille d’Or de l’innovation. Peut-on savoir le but visé par LYNAYS dans sa quête permanente de l’innovation ?

Notre culture ici à Lynays, c’est d’innover au quotidien, apporter toujours un petit plus sur ce qu’on a déjà fait. Par cette culture, nous avons donc apporté un plus à ce qui nous a permis d’avoir, l’année passée, la médaille d’Or. Deux produits supplémentaires se sont ajoutés à nos inventions cette année et nous avons encore amélioré l’existant. C’est tout cela qui certainement à convaincu le jury et nous permettre d’avoir cette deuxième médaille d’Or. Sachez tout simplement que nous n’allons pas nous arrêter là. Au regard des besoins de nous concitoyens, nous apporterons toujours le soulagement afin d’améliorer leur quotidien, celui des populations de la sous-région ouest africaine, voire de toute l’Afrique. Notre vision est de contribuer à l’industrialisation du continent africain. Nous voulons pour la Côte d’Ivoire, qu’elle soit auto-suffisante en énergie, en eau potable afin qu’augmente pour chacun, le pouvoir d’achat.

LYNAYS est-elle aujourd’hui prête à affronter le marché de l’efficacité énergétique, c’est-à-dire, répondra présente à tous les salons, au plan continental et mondial sur les questions de la technologie et de l’innovation relative au secteur de l’énergie ?

Nous avons un business plan qui prend en compte une approche régionale, c’est-à-dire l’espace Cedeao, mais également, prend en compte l’approche continentale. Nous avons aussi prévu la conquête du marché mondial. Nous en avons la capacité et la stratégie pour le marché global. Bien entendu, nous voulons mettre l’accent sur la sous-région, c’est-à-dire par l’ensemble des 15 pays de la Cedeao, les six prochains mois pour commencer. Tout est mis en place pour que les coffrets électriques intelligents, les coffrets hydro intelligents soient disponibles de ces pays là et permettre aussi bien aux populations qu’aux entreprises de réduire efficacement leur consommation d’énergie pour un développement durable de notre espace communautaire, Cedeao. Parce que pour nous la clé de l’industrialisation passera par la maitrise d’une bonne gestion de l’électricité.   

Construire des bâtiments intelligents, des maisons intelligentes que doit-on comprendre par ces expressions ?

Pour nous, c’est absurde de construire aujourd’hui au 21è siècle des maisons qui ne soient pas intelligentes. C’est absurde ! C’est comme quelqu’un aujourd’hui qui n’a pas de de téléphone. On ne peut pas le joindre pour une urgence par exemple. C’est un homme isolé, coupé du reste de monde, du moins simplement de ses concitoyens. Ce que nous voulons dire par là, c’est une maison responsable qui n’est pas une charge pour vous. Elle est efficace du point de vue de l’énergie, de l’espace, de l’eau, du point de vue sécuritaire. Elle permet d’économiser beaucoup d’énergie. Avec une maison intelligente, vous pouvez économiser au moins 40% de votre consommation d’énergie si votre maison n’était pas intelligente. C’est une maison qui sait et vous dit, si une des chambres est occupée ou non. Elle donne des instructions à tous les appareils qui y sont installés sur leur mode de fonctionnement. Comment ils doivent se comporter ? Par exemple, la maison sait qu’on n’a pas prévu quelqu’un regarder la télé à 7h 30Min du matin parce que tout le monde est absent. Elle éteint donc la télé, le climatiseur et ferme les fenêtres oubliées. S’il y a quelqu’un d’habituel à l’absence des occupants, la maison peut même alerter le propriétaire pour lui dire qu’il y a un individu que je ne connais pas et qui veut rentrer à la maison ou qui est déjà entré par, je ne sais, quel moyen. Il faut venir voir parce que je condamner les autres parties de la maison. La maison intelligente peut aussi choisir la source d’énergie la mieux adaptée. Par exemple si c’est un jour où il y a assez de soleil, la maison va exploiter plus le soleil pour faire la réfrigération, alimenter les chauffes eau. Et si elle constate qu’il n’y a pas assez de soleil, elle exploite la source d’énergie la moins chère à sa disposition. Si le climatiseur donne assez pendant que vous dormiez, elle peut l’arrêter et vous permettre de dormir tranquillement. C’est donc une maison responsable. Et le résultat que tout cela donne, c’est que vous payez moins cher l’électricité, moins cher l’eau parce que vous consommez juste ceux dont vous avez besoin et pas plus. On peut ajouter cette intelligence à celles déjà construites. On en a déjà fait dans plusieurs endroits. Mais pour nous, les nouvelles constructions doivent absolument être dotées de cette intelligence.

Quels sont donc vos rapports avec le ministère de la construction ? Est-ce que vos solutions lui sont connues et que gagne l’Etat à adopter vos solutions ?

Je voulais vous faire remarquer ici que le secteur du bâtiment, en matière d’énergie, est l’un des plus gros consommateurs. Quand vous prenez un pays comme la Côte d’Ivoire et au-delà les pays de la Cedeao qui ne sont pas encore à la pointe du développement, à votre avis qu’est-ce qui consomme les énergies qu’ils produisent ? Evidemment que ce sont les bâtiments ! A peu près les deux tiers de l’énergie produite est consommée dans un bâtiment quelque part. Le secteur résidentiel qui est constitué de bâtiments que nous appelons les résidences ou des logements, consomment eux à peu près un tiers des énergies produites. Et le secteur tertiaire notamment les bâtiments d’école, d’hôpitaux prennent eux aussi à peu près un tiers. Quand on fait la somme, on a déjà deux tiers consommés dans les bâtiments. Voyez que c’est énorme ! Construire donc des bâtiments intelligents va permettre à l’Etat de maitriser la consommation de l’énergie dans ce secteur et atteindre son auto-suffisance en énergie ou même maintenir l’auto-suffisance en énergie à un coût beaucoup réduit. Et c’est là que l’Etat gagne parce que vous voyez, construire par exemple 60.000 logements va coûter, en termes de puissance énergétique, au minimum 120 Mw. Et multipliez le coût de production de ces 120 Mw par environ 600 millions FCFA le coût du Mw le moins cher, voyez-vous ce que cela représente. Ce sont des Milliards de FCFA qui sont engloutis. Voilà pourquoi, les projets de construction de ce genre quand on finit d’annoncer, bien souvent dans l’exécution cela pose problème parce qu’il y a des coûts additionnels qui ne sont pas écrits. Par exemple quel peut être le coût pour alimenter ces 60.000 logements ? Ce coût nécessite qu’on construise un autre barrage quelque part. Vous avez vu le barrage de Soubré qui a coûté plusieurs centaines de milliards. Et dès qu’on a finit de le construire, avec ces logements et les branchements, c’est comme si ce barrage avait été construit en 1903, c’est-à-dire qu’il est déjà utilisé au regard de la demande énorme qu’il y a eu. En Côte d’Ivoire, la croissance économique fait que la demande énergétique est très forte. Aujourd’hui, on est à peu près à deux chiffres de demande, c’est-à-dire, 10% de la demande par an. Cela correspond à une suite géométrique. Quand vous allez calculer avec une raison de 1,1, vous trouverez que chaque 7,2 ans, il faut que nous doublions notre capacité de production pour pouvoir tenir ce rythme. En 7 ans, pouvons-nous doubler tous nos barrages et nos centrales ?

Est-ce à dire que LYNAYS est la solution à la problématique de l’électricité en Côte d’Ivoire ?

Exif_JPEG_420

Nous sommes définitivement l’une des meilleures solutions, surtout quand on raison en termes de coût. Les solutions que LYNAYS propose, sont des solutions les mieux adaptées à ce type de situation. Nous avons une croissance économique qui est entrain de grandir très rapidement et on ne peut pas simplement dire que nous allons produire sans maitriser l’exploitation. Parce que là, on ne pourra pas satisfaire au besoin. Et cela va entrainer des coûts élevés de la production. C’est pour répondre à cette préoccupation que nous nous sommes intéressés à ce métier (secteur). Il y a une dizaine d’années, nous avons vu venir ce problème. Nous avons en 2007, avant le délestage de 2010, insisté qu’il fallait absolument que chaque édifice, chaque bâtiment important soit doté d’une intelligence pour déjà maitriser cette demande en énergie. On a même été sollicité en ce moment là pour faire certains travaux dans des bâtiments pour atténuer un peu le problème du gaspillage. Savez-vous que la barrage-hydroélectrique que nous avons dépendent de la pluviométrie. S’il n’y a pas assez de pluie, le niveau de barrage diminue également. Donc la solution la plus simple en ce moment, c’est de donner l’outil d’une gestion efficiente aux utilisateurs. Chaque consommateur doit changer de statut. Passer de statut de simple consommateur à celui de consommateur-producteur. Cela consiste à réduire lui-même sa propre demande à volonté. Imaginez un peu que chaque ivoirien, chaque ménage, chaque maison, chaque bâtiment diminue sa demande en énergie d’au moins un tier, c’est-à-dire 30%. C’est comme si on avait produit une centrale équivalente de 30% de la production totale. Vous imaginez ! Et cela à quel coût ? A un coût vraiment très réduit puisqu’on n’a pas eu recourt à des intrants sinon à une gestion intelligente des mouvements d’énergie. C’est une des meilleures solutions pour aider l’Etat à maintenir son auto-suffisance en énergie et contribuer au développement de la sous-région parce que nous sommes dans un espace communautaire. Cette gestion efficiente a une répercussion sur la production d’eau potable. Si on n’a pas d’énergie, il est difficile de produit de l’eau potable aux populations. Des usines, même, risquent de fermer. Ce qui pourrait ramener à une situation de sous-développement. Voilà pourquoi LYNAYS propose des outils clairs dans la gestion des mouvements d’énergie et de l’eau potable. Si ces solutions sont adoptées par les Etats de la sous-région, vous verrez que sur une période de 5 à 10 ans, notre espace communautaire avec la Côte d’Ivoire en tête sera le champion mondial en termes d’efficacité énergétique et en eau potable avec les plus bas prix au monde en matière des coûts d’énergie. Parce qu’on aura réussi à transformer chaque utilisateur en un producteur d’énergie. Et je rêve d’une situation où la Côte d’Ivoire sera finalement une école où les gens viendront chercher la solution à leur problème d’énergie.

Vous avez été primé et ce que nous voulons savoir, c’est quel suivi du gouvernement à vos activités ?

A ce niveau, je dirais que nous sommes toujours en attente. Nous savons que les autorités Etatiques ont beaucoup de challenges à relever. Cependant, notre vœu le plus ardent, est que nos autorités puissent se pencher sur la problématique des solutions que nous proposons.

A ce niveau quelles sont les solutions réelles que proposent pour intéresser l’Etat ?

Avec LYNAYS, ce sont des solution concrètes. Nous avons des projets à l’échelle nationale qui peuvent transformer toute la Côte d’Ivoire en un pays champion de la même manière qu’on est champion en cacao. On est donc positionné pour être champion. Nous avons le ‘‘projet d’économie d’énergie à grande échelle‘’. Ce projet devrait permettre à la Côte d’Ivoire d’économiser, à terme, un tier de son énergie produite. Cela pourrait impacter le coût de la production d’énergie du pays et avec l’exploitation efficace que cela engendra, la Côte d’Ivoire pourra revendre le surplus à ses voisins. Il s’agit pour ce projet de doter tout bâtiments nouveaux d’outils capables de gestion d’énergie, c’est-à-dire, de système d’économie de gestion de mouvement d’énergie. Ce projet est l’un des grands et meilleurs projets qui peut sauver la Côte d’Ivoire de la problématique d’énergie à laquelle la majorité des peuples du monde est confrontée. Ce projet a aussi un impact sur la production de l’eau potable. S’il est bien exécuté, il va systématique contribuer à la qualité de production de l’eau potable à moindre coût. Nous avons sollicité des audiences auprès des décideurs à l’effet de leur présenter le contenu de ce vaste programme que nous portons. Parce que nous sommes convaincus que c’est une des meilleures solutions aujourd’hui pour aider nos pays à aller à l’industrialisation.

Et en termes d’emploi que peut apporter un tel projet qualifié par vous de grande échelle ?

Effectivement, le business plan que nous avons développé et qui couvre la période 2019 à 2023, capable de transformer toute la sous-région, prend en compte aussi bien la Côte d’Ivoire et tout l’espace cedeao-uemoa et prévoit, dans nos projections, plusieurs milliers d’emploi. Le système de gestion des mouvements d’énergie et de gestion d’eau potable est un système qui intègre plusieurs corps de métier avec leurs technologies. Ce qui nous amène d’ailleurs à une collaboration avec l’emploi jeunes qui met à notre disposition depuis plus de 14 mois des jeunes stagiaires que nous formons à la maitrise de nos systèmes. Cela dit, dans toutes les localités, le programme prévoit plusieurs emplois dans différents domaines liés à la gestion des mouvements d’énergie et de l’eau potable. Ce projet aura impact économique énorme sur l’espace communautaire ouest-africain. Avec ce programme, dans les dix prochaines années, la question de l’emploi des jeunes pourrait être résolue en partie.

Avez-vous un appel à lancer à l’endroit des décideurs ?

Nous voulons d’abord lancer un appel à nos populations auxquelles revient le règlement des factures. Il faut qu’elles s’approprient nos outils de gestion des mouvements d’énergie et de l’eau potable. Le coffret hydro-intelligent pour gérer l’eau, le coffret électrique intelligent, pour gérer l’électricité afin que chacun puisse réduire sa consommation d’au moins un tier. Quand on n’a pas de moyen pour payer ses factures, parce que les consommations n’ont pas été maitrisées, on n’est pas stable. Nous outils permettront d’augmenter le pouvoir d’achat de nos populations parce qu’elles auront maitrisé leur consommation.

Aux acteurs immobiliers qui construises des bâtiments. Désormais, il faut qu’ils construisent des bâtiments dotés d’intelligence. Cela n’est pas cher quand on inclut cela dans la construction. Cela va permettre d’offrir aux uns et aux autres des bâtiments responsables, intelligents, des maisons intelligentes qui mettent à l’abri des incendies. En sommes ce sont des maisons équipées, des bâtiments équipés dotés d’une gestion efficiente en eau, en électricité et ce qui va de toute évidence augmenter leur chiffre.

Aux architectes, et je voulais souligner ici certains travaillent déjà avec nous, nous souhaitons que désormais dans leur conception de plan, qu’ils incluent la gestion intelligente des mouvements d’énergie. Puisqu’à ce 21è siège on ne peut pas avoir une maison sans électricité, sans eau. Il s’agit de faire en sorte que les maisons soient déjà dotées d’un système de gestion intelligente pour faciliter la vie aux occupants. Il y a des architectes qui le font déjà et ça, c’est à l’avantage de bénéficiaires parce que ces maisons sont plus stables.

A l’Etat, nous souhaitons que les autorités s’approprient ces solutions que nous développons depuis une dizaine d’années en contribuant à leur vulgarisation, à commencer par les édifices de l’Etat. Si pour les bâtiments et maisons existants, si pour les grands projets qui sont entrain d’être mis en place, l’Etat inclut ces solutions-là, sa consommation en énergie sera maitrisée et partant réduite d’un tier. Et là on aura une disponibilité d’un tier sans avoir à faire un seul investissement avec un budget assez énorme. Une simple contribution de tous aura donc suffi ! Cette énergie économisée grâce à nos solutions mais surtout aux efforts des uns et des autres qui se sont appropriés ce système de gestion, on peut donner de l’énergie à des régions du pays qui n’en ont pas avec un coût très réduit parce qu’aucun investissement lourd n’a été effectué pour la production de cette énergie. Ces solutions, nous le pensons sincèrement ouvrira totalement la voie de l’industrialisation, du développement et de la stabilité à la Côte d’Ivoire.

Interview réalisée par demaininfos.com, justeinfos.net, l’ecoleinfo.com et artici.net

Partager cet article:

462total visits,3visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires