Actualité, Politique, , ,

Côte d’Ivoire : La démission d’Agnès Monnet, plutôt une affaire de foyer que de raté politique d’Affi  

Les commentaires vont bon train depuis la démission de Mme Agnès Monnet, ex Secrétaire générale et porte-parole du Fpi. C’est au lendemain de la conférence de presse tenue par le président du Fpi, Pascal Affi N’Guessan, c’est-à-dire, le dimanche 24 mars 2019, que l’information a envahi la toile, avant même que la direction ne reçoive officiellement la lettre de démission.

Certains ont vite tenté d’imputer cette démission aux propos tenus par le président Affi, lors de cette conférence de presse. Or, la vérité est ailleurs.

Mme Agnès Monnet avait déjà pris sa décision de démissionner dès le vendredi 22 mars, lorsqu’elle a eu écho de l’échec de la rencontre avec le président Gbagbo et du retour du président Affi à Abidjan. En réalité, tout cela a été concocté par le couple Monnet pour pouvoir se retrouver.

Depuis la crise au sein du parti, le couple était dans les deux camps (Affi et Sangaré). Mme Agnès Monnet, avec le président Pascal Affi N’Guessan en tant que Secrétaire générale et porte-parole du Fpi, et M. Monnet Emmanuel, dans le camp de la dissidence. Une position équilibriste devant permettre au couple d’assurer ses arrières au cas où une des parties gagnerait le combat. Mais l’échec de la rencontre entre Gbagbo et Affi a changé les donnes et précipité la décision du couple. Cette fois, Emmanuel Monnet qui avait tenté par tous les moyens par le passé de corriger la situation par des pressions diverses sans y parvenir faire fléchir son épouse Agnès Monnet.

Le retour de monsieur annoncé de Monnet pour le mois de juin 2019 aura lourdement pesé dans cette décision du couple longtemps séparé du fait de crise. Il a donc convoqué son épouse afin de lui demander de faire un choix. Parce que pour lui, il est inconcevable pour le temps présent qu’ils soient sous le même toit en n’étant pas dans le même camp. Agnès Monnet doit donc choisir sa présence politique auprès de Pascal Affi N’Guessan ou sauver son foyer. Mais comme solution en premier ressort du couple, tenter une dernière fois de réunir les deux morceaux du parti pour que les deux époux soient toujours ensembles.

C’est alors qu’ils ont actionné Monsieur Ottro Laurent, et ce projet de rencontre entre le président Affi et le président Gbagbo afin de parvenir à l’unité du parti mais surtout donner une chance de retrouvailles au couple. Le foyer donc d’Agnès Monnet était en jeu et de ce fait, depuis Paris, elle a exercé une pression sur Affi N’Guessan pour que celui-ci accepte de reconnaitre le président Gbagbo comme le président du Fpi afin, selon elle, de rendre possible la rencontre afin d’aboutir l’objectif qu’elle et son époux se sont fixé.

Pour cela, Agnes Monnet était donc prête à sacrifier politiquement le président Pascal Affi N’Guessan au nom de l’unité de son foyer. Ce projet n’ayant pas abouti, il n’y avait plus une autre alternative pour elle que de rendre le tablier et conserver son mari.

A.E.P

 

 

 

 

Partager cet article:

1064total visits,2visits today

Auteur depuis: Feb 06, 2019

Articles similaires